médiation collective Kuvera

Connaissez-vous Kuvera ? 

Créée en 2009 sous le nom de “WakeUpNow”, la société aura changé de nom à plusieurs reprises avant d’adopter, depuis 2018, la marque “Kuvera”. Cette filiale du groupe Investview se définit comme une “compagnie d’éducation financière”.

Son activité ? 

La commercialisation d’abonnements à des formations en ligne de trading grâce à une plateforme dédiée. Des logiciels présentés comme une aide à des investissements à haut risque de trading sur Forex et de crypto-actifs.

Sa promesse ?

La société le revendique : « apprenez les rouages de l’intelligence financière au travers de cette formation » pour atteindre la stabilité financière.

Sa cible ? 

Généralement des personnes sans connaissances particulières en finance de marché, des lycéens (mineurs), étudiants, des personnes voulant investir dans des projets novateurs.  

Grâce à l’offre de remboursement basée sur le parrainage des futurs membres, la société a pu accroître considérablement son nombre d’abonnés via ce système parallèle. Des coachs promettent au-delà du trading un modèle basé sur ce que l’on appelle du “Marketing multiniveau”, un modèle économique discret qui connaît un certain succès depuis quelques années en France. Aussi appelé marketing de réseau, ce système rémunère ses vendeurs sur leurs propres ventes, mais également sur celles des vendeurs qu’ils ont cooptés au sein du réseau.

Comment ça marche pour Kuvera ?  

Tout d’abord les utilisateurs doivent souscrire à un abonnement qui varie autour des 150 euros par mois. À cela s’ajoutent les frais de dossiers (autour de 30 euros minimum) ainsi que des frais de licence pour le marketing relationnel autour de 50 euros. 

Le parrainage évolue sous forme pyramidale : l’inscription de trois abonnés conduit à un abonnement gratuit, et celui de 12 abonnés à une rémunération de 500$ par mois, et ainsi de suite.

Malgré son offre alléchante, la société fait l’objet d’une mise en garde par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) dans un communiqué datant du 9 avril 2019.

Le régulateur reproche à la société :

  • L’absence d’autorisation pour conduire ses activités de MLM (multi level marketing) sur le territoire français ;
  • Le public qu’il vise est particulièrement fragile et est protégé par la loi (de nombreux cas de déscolarisation auraient été relevés dans les lycées notamment). 

Force est de constater que la croyance des adhérents en un projet viable, mais surtout rentable, les pousse à investir des sommes considérables. 

Quels sont les problèmes rencontrés avec la société Kuvera ? 

Des personnes victimes de ces pratiques ont donc contacté Cessez-le-feu afin de pouvoir obtenir le remboursement des sommes perdues. 

Une proposition de médiation est aujourd’hui lancée sur la plateforme Cessez-le-feu. Voici pourquoi.

1 – Des abonnements souscrits sans des réelles chances de devenir trader

Kuvera a mis en place un système de notification sous forme d’alerte vous permettant de passer des ordres d’actions à effectuer. Du copy trading comme son nom l’indique, cela consiste à copier-coller ce que les outils de Kuvera vous recommandent de faire.  C’est donc une tâche automatisée sans véritable possibilité de faire des choix discrétionnaires, et sans réelles formations. Faire du copy trading revient donc à faire des choix d’investissements et placements sans réelles connaissances des marchés financiers. De plus, les offres des conférenciers, qui promettent de véritables formations, une indépendance financière et une carrière de riche trader, incitent certains jeunes à y voir une substitution à des formations scolaires et/ou universitaires. 

2 – Selon l’AMF, une cible jeune et fragile qui se déscolarise

Un article du Monde en date du 12 novembre 2019 remettait en cause le caractère associable qu’entraîne le système dans lequel se trouve les jeunes. Détachés de certaines réalités par l’obsession du rêve vendu, nombreux sont les jeunes lycéens qui désertent les bancs de l’école. Le caractère ambivalent du système Kuvera avec le second volet du marketing multiniveau, oblige également ces derniers à exposer un style de vie sur les réseaux pour promouvoir le système et inciter leurs connaissances à les rejoindre. Outre les sommes perdues par les personnes, l’expérience peut s’avérer très amère et difficile à vivre, y compris pour les parents. 

3 – Quelques réflexes à adopter avant d’investir de l’argent

Selon l’AMF (l’Autorité des Marchés Financiers) :       

  • Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de  rendement élevé sans risque élevé ;
  • Obtenez un socle minimal d’informations sur les sociétés ou intermédiaires qui vous proposent le produit (identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, règles d’organisation, etc.) ;
  • N’investissez que dans ce que vous comprenez ;
  • Posez-vous la question de savoir comment est réalisée la valorisation du produit proposé (prix d’achat ou prix de vente), renseignez-vous précisément sur les modalités de revente du produit et les délais liés, notamment dans le cas où le produit est investi sur une classe d’actifs peu liquide.

Pour les personnes s’estimant lésées par les pratiques de Kuvera, une proposition de médiation est lancée sur la plateforme Cessez-le-Feu pour obtenir le remboursement des sommes perdues.


💻Cessez-le-feu est une plateforme de médiations collective en ligne. L’objectif ? trouver un accord avec un médiateur professionnel.

Vous avez rencontré d’autres difficultés avec la société Kuvera autres que celles énumérées ci-dessus ? Vous avez des questions au sujet de la proposition de médiation ? 

Contactez-nous à contact@cessezlefeu.com

Laissez un commentaire